2013, l’année des ampoules basse consommation ?

2013, l’année des ampoules basse consommation ?

Seriez vous capables de me citer une invention du XIXe siècle indispensable à notre quotidien ? L’ampoule à filament ! Inventée en 1879 par Joseph Swan et améliorée par Thomas Edison, cette ampoule, dite aussi à incandescence, est passé entre les gouttes de la modernisation, traversant les siècles à l’identique jusqu’à aujourd’hui. Ou plutôt jusqu’à demain. A la fin de l’année, le 31 Décembre 2012, ces vétérans illuminés disparaîtront des rayons des bazars et des luminaires de nos appartements, pour laisser la place à la jeune garde d’ampoules basse consommation, économique et écologique. Retour sur l’épopée de ces rescapées d’un passé incandescent et sur les promesses de leur successeurs, instigateurs du nouveau siècle des lumières.

L’ampoule à incandescence

Les ampoules à incandescence, comment ça marche ?

Les ampoules à incandescence produisent de la lumière en portant à incandescence un filament de tungstène. Ce métal, scintillant de mille feux sans risque de fonte, a remplacé au pied levé un filament originel en carbone, qui avait tendance à noircir le verre après de nombreuses heures d’utilisation.

L’ « ampoule » doit son nom à la coupole de verre qui isole le filament de l’atmosphère. Sans elle, au contact de l’oxygène, ce mince fil de métal, brûlerait instantanément. Cette ampoule est souvent pleine de vide, parfois emplie de gaz nobles.

L’union Européenne, dans sa grande sagacité, a établi, depuis 2008, un calendrier pour éradiquer progressivement les ampoules à incandescence, des plus puissantes aux plus faibles. Et pour les remplacer par des ampoules basse consommation.
Ce sont les dernières, les 25 W qui doivent avoir disparu des étalages le 31 Dec 2012.

En savoir plus sur les ampoules economiques

2 défaut principaux de l’incandescence

Que reproche-t-on à ces ampoules, pionnières de la lumière électrique ?

On leur reproche 2 choses, principalement :

  • d’être gourmandes en énergie.
  • d’avoir une durée de vie trop courte.

Ou, dit autrement, de ne pas être assez économiques, malgré un faible cout d’achat. D’après le rapport de la convention européenne, il est établi qu’elles consomment « 4 à 5 fois plus d’énergie » qu’une ampoule basse consommation et que leur durée de vie est « 6 à 10 fois plus courte » que celle des ampoules nouvelle génération.

La déperdition énergétique.

Le principe même de l’ampoule à incandescence est basé sur cette perte d’énergie : chauffer un métal dans le vide pour qu’il produise de la lumière. Sur 100% d’énergie consommée, l’ampoule produit 95% de chaleur et seulement 5% de lumière.

Conçue à une époque où les économies énergétiques n’étaient pas de mise, ce procédé, gaspilleur d’énergie, n’a plus sa place dans une société aux ressources énergétiques et aux moyens limités.

La faible durée de vie

Le filament surchauffé se vaporise et s’évapore par « sublimation ». Puis la matière perdue se dépose sur la paroi de verre plus froide. Résultat, l’ampoule s’opacifie au fil du temps et le filament se fragilise. Il finit par se rompre dans un « clac » aussi familier qu’énervant.

La durée de vie moyenne de ces ampoules rudimentaires est d’environ 1000 heures d’utilisation. Certaines, pourvues de gaz nobles réussissent à préserver le filament un peu plus longtemps. Trop peu en comparaison de la durée de vie exceptionnelle des ampoules fluocompactes.

Découvrez l’ampoule Luminothérapie économique (15000 heures )

Les ampoules sont mortes, vive les ampoules !

Ampoules basse consommation et économies d’énergies

Signé en 2008, lors d’une convention européenne, l’arrêt de mort des ampoules à incandescence permettra de réaliser des économies non négligeables.

Les chiffres divergent mais, à l’échelle nationale, une telle mesure dispensera la France d’une dépense de 8 milliards de kWh, soit 1,5 % de la consommation nationale d’électricité en 2010.

A l’échelle européenne, cette suppression engendrera l’économie de 40 Tera Watt, l’équivalent de la consommation éléctrique de 11 millions de ménage , ou de la production annuelle de 10 centrales électriques de 500 Mégawatt. Ainsi qu’une réduction d’émissions de dioxyde de carbone à hauteur de 15 millions de tonnes par an, d’après l’Union Eurpéenne itself.

Les ampoules basse consommation

Sans ampoules à incandescence, rassurez vous, nous ne reviendrons pas à l’éclairage au gaz ou à l’huile. Elle laisseront la place à des ampoules d’un genre nouveau, à un niveau acceptable de dépense énergétique, les ampoules basse consommation. Principalement des LED et ampoules fluocompactes à basse consommation.

Les lampes halogènes, trop « énergiphage », prochaines victimes annoncées d’un programme de rationalisation de l’énergie, disparaitront des étalages en 2016.

D’ici là, misez sur les ampoules fluocompactes à basse consommation.

Découvrez l’ampoule “Air Pur” basse consommation


[WuPhooey id=”m7x3r3″]

email

Tags:

Ce billet a été posté par Etre Bien le Thursday, December 27th, 2012 à 20 h 11 min dans les catégories Produits naturels. Vous pouvez suivre les commentaires par le fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un trackback depuis votre propre site.

Votre avis nous intéresse