Gérer ses émotions, mission impossible ?

Gérer ses émotions, mission impossible ?

Les émotions fascinent, passionnent. Suscitent de nouvelles émotions et se déclinent à l’infini. Dans une ère d’image et de communication, il est vital de les capter, de les capturer, de les immortaliser. La raison aurait elle laissé la place à l’émotion ?
Les émotions n’ont pas toujours fait l’objet de ce traitement de faveur.
Plutôt que de les exhiber sur la place publique, on a longtemps cherché à les maitriser. Obnubilés par leurs cotés obscurs il était raisonnable de gérer ses émotions en les canalisant, quitte à les étouffer. Retour ému sur une doctrine anti émotions et les coups de pouce pour s’en sortir.

Contrôle des émotions, la doctrine d’hier

Méfiance des émotions

Dans un passé pas si lointain, les émotions exacerbées suscitent méfiance et inquiétude. Scientifiques et profanes ont tendance à redouter les explosions de joie ou les accès de tristesse. On considère que l’émotion fait appel à la part animale de l’homme.

Il est donc nécessaire que ce dernier ne s’y laisse pas entrainer. Sa raison doit prendre le pas sur ses émotions et il doit le conduire à maitriser ces manifestations physiologiques incongrues.

Normes sociales rigides, morale sévère, saupoudrées d’un zeste de croyances superstitieuses, poussent à envisager les émotions les plus vives comme relevant de l’ordre de la pathologie.
Le psychiatre Dr Stéphanie Hahusseau, constate que par le passé, l’école de la lutte anti-émotionnelle dicte sa loi.

Emotion, des définitions peu élogieuses

D’ailleurs, le mot émotion lui même est dérivé du latin « emovere,emotum » (enlever, secouer) et de « movere » (se mouvoir). Les premiers dictionnaires font référence à l’émotion en tant que mouvement, en tant que comportement. Le mouvement peut être aussi envisagé comme mouvement de l’âme, état subjectif interne.
L’émotion entraine des changements, psychiques ou comportementaux, mais surtout, elle ébranle, elle secoue, qu’elle soit positive ou négative.

Les définitions officielles vont d’ailleurs dans cette direction :

  • En 1798 le dictionnaire de l’académie française définit l’émotion en ces termes :   “Altération, trouble, mouvement excité dans les humeurs, dans les esprits, dans l’âme“.
  • Pas plus tard qu’en 1962 l’encyclopédie de psychologie la décrit en des termes brutaux:  “C’est un orage affectif… L’émotion choc se traduit par une brusque perturbation des représentations mentales et de l’équilibre organique. L’être ému ne s’appartient plus, il est à la lettre mis hors de lui.”

Emotions négatives

Il faut avouer que les émotions trop vives ont tendance à nous déboussoler. Cela dit, la doctrine de l’époque ne retient que les conséquences négatives de ces fausses amies.

Les émotions sont considérées comme :

  • Sources d’erreurs
  • Déstabilisatrices même si positives.
    Un trop plein de joie peut exposer à la déception. Les attentes qu’elles suscitent peuvent ne pas se concrétiser et engendrer une frustration.
  • Impliquées dans de nombreux troubles psychologiques
    Si une grande tristesse s’installe, elle peut dégénérer en Dépression.
    Si la peur, système d’alarme naturel, nous habite au quotidien, elle devient Anxiété.

Envisagées comme des manifestations extrêmes de notre être, il est de bon ton de faire soigner celui qui les éprouve. Apprendre à gérer ses émotions pour les ramener à des proportions normales, socialement acceptables.

Apprendre à gérer ses émotions ; un peu d’aide ?

Sans aller jusqu’à modeler des comportements sociaux dénués d’émotion, il est essentiel d’apprendre à gérer ses émotions, à les maitriser, sans pour autant les étouffer.
En attendant d’arriver à une gestion autonome, certaines plantes peuvent nous accompagner sur la voie de la sagesse.

Connaître ses émotions pour mieux les maitriser

Il peut être utile d’affiner ses émotions pour mieux les appréhender.
Certaines plantes, notamment sous forme d’huiles essentielles,  peuvent les rendre moins douloureuses, plus accessibles et  nous aider à parfaire leur connaissance.
Elles peuvent nous aider à lutter contre le stress et les tensions qu’elles génèrent et ainsi nous réconcilier avec elles.
Citron vert, lavande, camomille et marjolaine sont idéales pour apaiser, relaxer, détendre.

Cliquez pour les découvrir:
Huile essentielle Citron vert bio
Huile essentielle Lavande bio
Huile essentielle Camomille naturelle
Huile essentielle Marjolaine

Ne laissez pas les émotions prendre le contrôle

Par mégarde, il arrive qu’on laisse les émotions marquer, s’installer et dégénérer. Passé un certaine intensité, les émotions obscurcissent le jugement, étouffent la raison. Toute réflexion, toute prise de recul devient impossible. Il est nécessaire de se dégager de leur étreinte pour reprendre le contrôle de sa vie.

Certaines plantes ou remèdes naturels peuvent nous dégager de l’emprise d’émotions trop vives. Par exemple, Millepertuis, Griffonia et oméga 3 permettent de lutter contre une tristesse qui s’installe. Agissant sur notre physiologie, ces compléments alimentaires atteignent nos émotions par le biais du cerveau émotionnel.

Les oméga 3 notamment, acides gras essentiels, permettent de normaliser le fonctionnement de ce créateur d’émotions , de lui redonner un équilibre.
N’étant plus le jouet d’émotions aussi extrêmes, Il est désormais possible de faire le point sereinement. Puis de retrouver une joie de vivre durable.

En savoir plus sur les bienfaits des Oméga3 pour gérer ses émotions

 

 [WuPhooey id=”m7x3r3″]

email

Tags:

Ce billet a été posté par Etre Bien le Thursday, October 6th, 2011 à 10 h 31 min dans les catégories Developpement personnel. Vous pouvez suivre les commentaires par le fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un trackback depuis votre propre site.

Votre avis nous intéresse